Naissance d'une perle

De la perle naturelle à la perle de culture

La perle est un cadeau de Dame Nature : un petit coquillage, une poussière de corail, un grain de sable importune le coquillage qui ne parvient pas à l’expulser.

Pour se défendre de cet intrus en sa coquille, il l’enrobe de couches successives de nacre qui en durcissant au fil des mois et des années devient une perle naturelle.

La formation de la perle de culture suit donc le même chemin que celui de la perle naturelle, à un détail près: c’est l’homme qui se substitue au hasard en introduisant un agent irritant, un noyau de nacre, appelé nucléus. Il laisse ensuite la Nature accomplir son œuvre...

La Rivière des Perles

Les fermes perlières se sont donc développées dans le Sud de l’Asie le long de la « Pearl River » fleuve d’eau chaude et c’est là que la marque s’approvisionne en perles.

En effet, Perles de Philippine  compte un solide portefeuille d'éleveurs de perles de culture, experts et reconnus pour la qualité de leurs perles

Mikimoto le génial inventeur

Les premiers à pratiquer cette méthode furent les Chinois qui introduisirent dans le manteau de l’huître une figurine de plomb à l’effigie de Bouddha, autour de laquelle la nacre venait se déposer.

On retrouve la même technique chez les Araméens qui placèrent dans le coquillage de petites figurines en terre cuite représentant des animaux.

Bien plus tard, le Suédois Carl von Linné et un Français font des essais, mais c’est le Japonais Mikimoto (1858-1954) qui réussit à mettre la technique au point, et développe une véritable industrie.

Le procédé fut repris dans toute l’Asie et s’applique sur toutes les espèces de coquillages, d’eau salé ou d’eau douce … permettant ainsi de varier les couleurs, les formes, les éclats à l’infini pour créer des bijoux splendides déclinés en colliers, sautoirs, bracelets, boucles d’oreilles ...

Naissance d’un empire de la culture de la perle

L’invention véritable du procédé revient incontestablement au Japon qui découvrit en 1904 le secret de la greffe.

Kokichi MIKIMOTO est le pionnier en ce domaine, en 1888, il établit à Shima le premier parc à huîtres perlières. Les biologistes de l'époque affirmaient que la culture des perles était possible en théorie mais que jusqu'à présent personne n'y était parvenu.

Galvanisé par l'ampleur du défi, le jeune Mikimoto se consacre alors entièrement à cette tâche impossible. De l'invention des perles semi-sphériques à la découverte, au printemps 1905, d'une perle ronde aussi parfaite qu'une perle naturelle, quinze années vont s'écouler durant lesquelles Kokichi Mikimoto va lutter contre les éléments de la nature telles que des marées rouges dévastatrices.

La perliculture

A l'issue de cette conquête il n'était plus besoin d'attendre que la nature consente à offrir ses présents, la culture de perles était désormais possible. Il a su en outre, à travers une publicité avisée et une compréhension accrue du marché, développer une véritable industrie de la Perle. En moins de 50 ans Mikimoto a réécrit l'histoire de la perle.

Dans le passé seule la haute société pouvait se permettre de porter des perles. Aujourd'hui les choses sont différentes grâce à la culture de la perle, le marché s’est démocratisé et beaucoup de femmes désormais peuvent se permettre de s’offrir des perles.

Technique et procédés

La perliculture désigne l'activité qui consiste à cultiver les huîtres perlières : les élever, les greffer et  les entretenir pour en obtenir des perles de qualité.

Un cinquième des huîtres greffées produisent une perle inutilisable. Sur les trente pour cent de greffons donnant une perle utilisable, seul un pour cent font des perles parfaites.

La culture de la perle nécessite une véritable expertise dans chacune des étapes du procédé d’élevage de la perle.

Après son extraction du coquillage, la perle est rincée à l'eau claire puis soigneusement séchée.

Pour faire disparaître ses impuretés, elle est placée dans un tambour contenant des copeaux de bambous mélangés à de la cire liquide. C'est alors que son lustre se révèle.

Les perles sont ensuite triées selon 4 critères : la couleur, la taille, la forme, et la qualité.

C'est à ce moment que les perles les plus similaires sont retenues afin de créer des bijoux.

Vient ensuite l’opération délicate et minutieuse de perçage des perles.

Plus la perle est petite plus cette opération est difficile à réaliser et c’est la raison pour laquelle un haut niveau d’expertise est requis pour procéder à cette opération.

Chaque perle est percée une à une pour réaliser des colliers qui tombent soit en sautoir soit en chocker pour une parfaite harmonie de forme et de symétrie.

Certains bijoux ne nécessitent pas de perle percée de bout en bout, c’est le cas pour certaines bagues ou encore pour d’autres pendentifs par exemple.

Chaque perle est soigneusement choisie pour chacun des bijoux créés par Perles de Philippine.

Les perles de culture d'eau douce et les perles de nacre, une source d'inspiration inépuisable

Les Perles de Philippine : bijoux de Création Française
Delphine et Nathalie
Les 2 soeurs créatrices

9 852

VENTES ORGANISEES

4 126

HOTESSES

17

ANS D'EXPÉRIENCE

PERLES DE PHILIPPINE UNE MARQUE, UNE HISTOIRE

Concept-Store LES PERLES

54 rue de Brest 69002

du mardi au samedi de 10h30 à 19h

09 81 99 12 90

Envoi courrier :

17 rue Bugeaud 69 006 Lyon

Contactez-nous !

N'hésitez pas à nous envoyer votre question, nous vous répondrons aussi vite que possible 

Show-Room Les Perles de Philippine

32 rue Pierre Corneille 69006 Lyon

du lundi au vendredi de 9h à 17h

09 87 41 36 58

Naissance d'une perle

De la perle naturelle à la perle de culture

La perle est un cadeau de Dame Nature : un petit coquillage, une poussière de corail, un grain de sable importune le coquillage qui ne parvient pas à l’expulser.

Pour se défendre de cet intrus en sa coquille, il l’enrobe de couches successives de nacre qui en durcissant au fil des mois et des années devient une perle naturelle.

La formation de la perle de culture suit donc le même chemin que celui de la perle naturelle, à un détail près: c’est l’homme qui se substitue au hasard en introduisant un agent irritant, un noyau de nacre, appelé nucléus. Il laisse ensuite la Nature accomplir son œuvre...

La Rivière des Perles

Les fermes perlières se sont donc développées dans le Sud de l’Asie le long de la « Pearl River » fleuve d’eau chaude et c’est là que la marque s’approvisionne en perles.

En effet, Perles de Philippine  compte un solide portefeuille d'éleveurs de perles de culture, experts et reconnus pour la qualité de leurs perles

Mikimoto le génial inventeur

Les premiers à pratiquer cette méthode furent les Chinois qui introduisirent dans le manteau de l’huître une figurine de plomb à l’effigie de Bouddha, autour de laquelle la nacre venait se déposer.

On retrouve la même technique chez les Araméens qui placèrent dans le coquillage de petites figurines en terre cuite représentant des animaux.

Bien plus tard, le Suédois Carl von Linné et un Français font des essais, mais c’est le Japonais Mikimoto (1858-1954) qui réussit à mettre la technique au point, et développe une véritable industrie.

Le procédé fut repris dans toute l’Asie et s’applique sur toutes les espèces de coquillages, d’eau salé ou d’eau douce … permettant ainsi de varier les couleurs, les formes, les éclats à l’infini pour créer des bijoux splendides déclinés en colliers, sautoirs, bracelets, boucles d’oreilles ...

Naissance d’un empire de la culture de la perle

L’invention véritable du procédé revient incontestablement au Japon qui découvrit en 1904 le secret de la greffe.

Kokichi MIKIMOTO est le pionnier en ce domaine, en 1888, il établit à Shima le premier parc à huîtres perlières. Les biologistes de l'époque affirmaient que la culture des perles était possible en théorie mais que jusqu'à présent personne n'y était parvenu.

Galvanisé par l'ampleur du défi, le jeune Mikimoto se consacre alors entièrement à cette tâche impossible. De l'invention des perles semi-sphériques à la découverte, au printemps 1905, d'une perle ronde aussi parfaite qu'une perle naturelle, quinze années vont s'écouler durant lesquelles Kokichi Mikimoto va lutter contre les éléments de la nature telles que des marées rouges dévastatrices.

La perliculture

A l'issue de cette conquête il n'était plus besoin d'attendre que la nature consente à offrir ses présents, la culture de perles était désormais possible. Il a su en outre, à travers une publicité avisée et une compréhension accrue du marché, développer une véritable industrie de la Perle. En moins de 50 ans Mikimoto a réécrit l'histoire de la perle.

Dans le passé seule la haute société pouvait se permettre de porter des perles. Aujourd'hui les choses sont différentes grâce à la culture de la perle, le marché s’est démocratisé et beaucoup de femmes désormais peuvent se permettre de s’offrir des perles.

Technique et procédés

La perliculture désigne l'activité qui consiste à cultiver les huîtres perlières : les élever, les greffer et  les entretenir pour en obtenir des perles de qualité.

Un cinquième des huîtres greffées produisent une perle inutilisable. Sur les trente pour cent de greffons donnant une perle utilisable, seul un pour cent font des perles parfaites.

La culture de la perle nécessite une véritable expertise dans chacune des étapes du procédé d’élevage de la perle.

Après son extraction du coquillage, la perle est rincée à l'eau claire puis soigneusement séchée.

Pour faire disparaître ses impuretés, elle est placée dans un tambour contenant des copeaux de bambous mélangés à de la cire liquide. C'est alors que son lustre se révèle.

Les perles sont ensuite triées selon 4 critères : la couleur, la taille, la forme, et la qualité.

C'est à ce moment que les perles les plus similaires sont retenues afin de créer des bijoux.

Vient ensuite l’opération délicate et minutieuse de perçage des perles.

Plus la perle est petite plus cette opération est difficile à réaliser et c’est la raison pour laquelle un haut niveau d’expertise est requis pour procéder à cette opération.

Chaque perle est percée une à une pour réaliser des colliers qui tombent soit en sautoir soit en chocker pour une parfaite harmonie de forme et de symétrie.

Certains bijoux ne nécessitent pas de perle percée de bout en bout, c’est le cas pour certaines bagues ou encore pour d’autres pendentifs par exemple.

Chaque perle est soigneusement choisie pour chacun des bijoux créés par Perles de Philippine.

Les perles de culture d'eau douce et les perles de nacre, une source d'inspiration inépuisable

Les Perles de Philippine : bijoux de Création Française
Delphine et Nathalie
Les 2 soeurs créatrices

9 852

VENTES ORGANISEES

4 126

HOTESSES

17

ANS D'EXPÉRIENCE

PERLES DE PHILIPPINE UNE MARQUE, UNE HISTOIRE

Concept-Store LES PERLES

54 rue de Brest 69002

du mardi au samedi de 10h30 à 19h

09 81 99 12 90

Envoi courrier :

17 rue Bugeaud 69 006 Lyon

Contactez-nous !

N'hésitez pas à nous envoyer votre question, nous vous répondrons aussi vite que possible 

Show-Room Les Perles de Philippine

32 rue Pierre Corneille 69006 Lyon

du lundi au vendredi de 9h à 17h

09 87 41 36 58

Product added to wishlist
Produit ajouté pour comparer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté.
Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion.
Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: En Savoir + sur les Cookies & Traceurs